Un ancien hangar transformé en un lumineux loft de 160 m²

Ce projet argentin naît du désir de sa propriétaire, artiste et psychologue, Diana Schufer de conjuguer dans un même endroit tous les aspects d’une vie hétéroclite. Le défi est brillamment relevé par le studio d’architecture et de construction Box, avec la collaboration du studio de décoration de Gaby Abentin. Ce projet donne vie à la renaissance d’un ancien hangar en habitation design et lumineuse. Passions, métier, inspirations se mêlent avec raffinement dans ce loft unique de 160 m2 au style sobre.

Travailler les volumes

Tromper l’oeil

L’ancien hangar conserve ses volumes sous toits mais les adoucit en étalant une blancheur immaculée jusqu’à sous le large toit de tôle. Caractéristique de ce bâtiment, ce genre de matériau est ici modernisé pour structurer le regard vers le lieu d’habitation et non sur la hauteur du bâtiment.

L’enjeu majeur est ici de structurer les pièces en gardant les volumes sans ajouter de multiples cloisons. Garder l’esprit de l’ancien hangar en rendant l’habitation fonctionnelle et chaleureuse est le pari gagnant de ce projet.

L’ancien hangar parfaitement parallèle ne prête pas à l’originalité architecturale pourtant, les volumes se dessinent dans des perspectives inédites. Créer un cabinet indépendant pour le métier de sa propriétaire, psychologue, dans une cour aussi cosy que pratique est une belle idée exploitée avec génie.

Des volumes imposants à échelle humaine.

Lieu d’habitation et de travail, cet ancien hangar doit s’habiller de chaleur et de bien-être. Bien que la charpente métallique, charme du hangar, ait été conservée, elle se pare de blanc pour se fondre dans l’unicité de la maison. Le regard ne se porte pas vers les éléments hauts aux effets cathédrale, mais sur l’harmonie du blanc immaculé. A l’étage, la charpente métallique permet de rabaisser visuellement le plafond pour un effet moins vaste, idéal pour la chambre à l’étage, qui garde l’ouverture d’une large mezzanine.

Structurer l’espace en habillant un mur de livres crée une délimitation imaginaire qui casse la verticalité. 

La cuisine, quant-à elle, est exploitée dans un grand volume dont les contours sont suggérés par le dessous de la mezzanine. Ses poteaux apparents confèrent à la pièce l’atmosphère privilégiée des préparations en famille et l’intimité des apéritifs entre amis.

Le cabinet de consultation.

Cette pièce particulière constitue un élément maître de cette architecture. Indépendante, elle permet de séparer l’espace travail grâce à la conception d’une cour au sein de l’espace de l’ancien hangar.

Le cabinet garde néanmoins une harmonie avec le bâtiment dont il conserve l’esprit. Sa porte monumentale s’intègre parfaitement dans la petite surface et dirige le regard vers l’ouverture, la lumière, le naturel de la brique peinte en blanc. Le cabinet offre un univers sans fausse note entre le caractère intimiste et la liberté de l’ouverture.

Une salle de bain lumineuse

Dans cette configuration, le volume de la salle de bain peut sembler dénoter avec le reste de l’habitation et la contrainte reste de garder cet esprit d’espace dans un lieu restreint, fermé et configuré tout en longueur. 

L’architecte étend ici la verticalité de la salle de bain en intégrant un magnifique espace de toit vitré. Il fait ainsi entrer un maximum de lumière, pour destructurer le petit volume de la pièce. Il trompe également le regard par une imposante vasque et un immense miroir.

Conjugaison d’ambiances 

Réchauffer l’atmosphère

La blancheur immaculée de cet ancien hangar permet de fondre dans le décor les éléments non essentiels et de concentrer l’attention sur les éléments qui apportent de la chaleur en respectant la personnalité des lieux.

  • La brique

Déjà présente et suggerée, même peinte en blanc, la brique et son univers industriel trouve ses tons chauds sur le mur de livres, les plaids, les tapis de laine de la mezzanine et du cabinet. Le mobilier de jardin affiche également cette combinaison de la brique et des éléments naturels

  • Le bois

Le bois apporte une ambiance cosy dans la chambre avec une magnifique tête de lit. Associé aux tissus du lit et des tapis, ces éléments centraux se posent en cocon en dépit des multiples ouvertures. Dès les imposants rideaux blancs fermés au rez-de -chaussée, la fenêtre s’efface, confondant les volumes depuis la mezzanine. Les volumes se recentrent et le bois prend sa dimension chaleureuse et centrale.

Au rez-de-chaussée, dans ces lignes épurées, la table de salon invite aux moments de convivialité. Au centre de l’espace principal, cette table en bois richement travaillée, s’impose en pièce maîtresse et recentre elle aussi les attentions.

  • Le coin bureau, la note qui dénote

Adossé à la cuisine, un coin bureau est l’objet d’une attention particulière. Cet espace artistique rassemble une accumulation de matériaux naturels (rotin, bois, papier) et de couleurs chaudes. Épicentre de chaleur humaine, il présente l’art, la créativité, la famille et la spiritualité. Loin de dénoter, cet espace bureau à un endroit original, invite aux conversations plus bruyantes, à la détente et offre une résonance jusqu’à la cuisine toute proche, dont le magistral plan de travail aux tons marbrés invite à prolonger les discussions.

 Industriel et nature

  • L’esprit industriel du lieu

La brique et le bois sont déjà deux matériaux indissociables du style industriel. Le projet conjugue également le métal noir pour les encadrements de porte et de fenêtre. On leur ajoute le verre. Outre les vitrages, l’exposition des séries de verres, de vaisselle et de pots identiques provoque un effet d’accumulation rappelant la production industrielle.

Malgré cet esprit résolument industriel, la nature frappe à la porte et envahit le lieu. Sans débauche de verdure, l’architecte suggère, anime et habille de nature.

  • L’ouverture sur l’extérieur et la nature

L’ouverture sur la cour intérieure met en scène l’imposante cheminée habillée de béton. Celle-ci invite la nature à adoucir ses lignes par le bois, les plantes et au premier plan, le monde animal en sourdine avec ce faon d’une blancheur immaculée, posé avec sérénité parmi les pierres. Depuis l’intérieur, les grands espaces vitrés créent une proximité intérieur-extérieur.

La mezzanine quant à elle bénéficie de l’immense ouverture vitrée du toit, au travers de laquelle on imagine les rayons du soleil réchauffer le parquet de la chambre.

A l’extérieur, le cheminement jusqu’au cabinet garde la blancheur des murs pour une luminosité maximum de ce couloir extérieur, pour mieux faire exploser les couleurs des fleurs et des objets insolites de la créatrice.

Ce magnifique projet marie la sobriété et la créativité en mêlant avec raffinement des univers antagonistes. Là où le style industriel et le blanc immaculé peuvent inspirer froideur et distance, ce loft offre une solution sobre et spacieuse, propice à la créativité. L’inspiration qu’il procure s’exprime alors par touches localisées ou par suggestion habile. La lumière naturelle reste l’actrice principale de cette mise en scène et invite à l’évasion.

Source : La Nacion